Foire aux questions

Voici quelques-unes des questions les plus fréquemment posées à propos des services financiers et de l'assurance. Cliquez sur la question pour obtenir la réponse.

Services financiers

Qu'est-ce qu'un fonds commun de placement ?
Comment l'impôt sur les fonds communs de placement est-il perçu ?
Connaissez-vous votre valeur nette ?
Quand devrais-je actualiser ma valeur nette ?
Comment puis-je accroître ma valeur nette ?
Qu'est-ce que la " règle de 72 " ?

Combien devrais-je épargner ?
De quelle façon puis-je maximiser ma cotisation à un REÉR ?

Assurance

Ma piscine est-elle couverte par mon contrat d'assurance habitation ?
Mon contrat d'assurance couvre tous les biens contenus dans ma maison. Pourquoi devrais-je souscrire une assurance pour un bien spécifique ?
Je travaille à la maison. Suis-je couvert par ma police d'assurance habitation ?
Ma couverture d'assurance est-elle adéquate ?
Ai-je besoin d'un testament ?
Qu'est-ce qu'une procuration ?
Votre site Web me rappelle constamment de vous consulter avant de prendre une décision. Est-ce vraiment nécessaire ?
Devrais-je ajouter des protections complémentaires à mon assurance automobile ?
Devrais-je ajouter des protections complémentaires à mon assurance habitation ?
Dans une poursuite, pourrait-on me réclamer des dommages-intérêts supérieurs au montant de mon assurance responsabilité civile ?
Qu'entend-on par " Valeur à neuf " ?

Services financiers

Qu'est-ce qu'un fonds commun de placement ?

Un fonds commun de placement est constitué de sommes mises en commun par un groupe d'investisseurs, sommes qu'un organisme de placement collectif investit en suivant les conseils de gestionnaires de portefeuille professionnels. Les petits et grands investisseurs peuvent acheter des parts du fonds sous la forme d'actions, d'obligations ou d'autres actifs. Les fonds communs de placement représentent une façon économique de diversifier ses placements tout en profitant des connaissances et des conseils de gestionnaires de portefeuille compétents et qualifiés.

Il existe un large éventail de fonds communs de placement au Canada (plus de 4 000) destinés à aider les investisseurs à atteindre leurs objectifs financiers personnels. Avec l'aide d'un représentant financier, vous trouverez probablement un fonds commun dont les caractéristiques répondent à vos besoins.

Les fonds peuvent être entièrement constitués d'actions d'entreprises canadiennes, d'obligations émises par des entreprises canadiennes, par le gouvernement fédéral ou par les gouvernements provinciaux, ou encore d'autres actifs canadiens. Certains fonds sont axés sur les investissements étrangers, alors que d'autres sont un mélange d'investissements canadiens et étrangers. Certains fonds sont conçus pour procurer aux investisseurs un revenu constant, alors que d'autres offrent une croissance du capital et un certain revenu. D'autres enfin sont facilement encaissables si le besoin s'en fait sentir.

Chaque fonds commun de placement est accompagné d'un prospectus déposé à la commission des valeurs mobilières appropriée. Ce prospectus fournit une description détaillée du fonds commun, incluant :

  • les récentes performances du fonds en termes de bénéfices pour les investisseurs
  • la composition du fonds (obligations, actions, contenu de source étrangère, biens immobiliers ou autres)
  • l'objectif du fonds (offrir une protection du capital et une croissance à long terme supérieure à la moyenne, par exemple)
    le style d'investissement du gestionnaire de portefeuille.

Avertissement : des commissions, des frais administratifs, des frais de gestion et autres dépenses peuvent être associés à l'investissement dans un fonds commun de placement. Veuillez lire le prospectus avant d'investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis ; leur valeur change fréquemment et les performances obtenues dans le passé peuvent ne pas se répéter.

Comment l'impôt sur les fonds communs de placement est-il perçu ?

Il est sage de se renseigner sur les répercussions fiscales au moment de choisir un fonds commun de placement. Un représentant financier peut répondre à bon nombre de vos questions ; cependant, il est recommandé de consulter un conseiller fiscal qui évaluera votre situation personnelle.

Quelques informations utiles sur les fonds communs de placement
Le revenu d'un fonds commun de placement est imposable, sauf s'il fait partie d'un régime enregistré d'épargne-retraite. Ce revenu comprend le revenu distribué d'un fonds commun de placement ainsi que le gain provenant de la vente de parts à l'intérieur d'un fonds. Vous recevrez un feuillet T3 indiquant les montants à inscrire sur votre déclaration de revenus.
L'impôt n'est pas perçu de la même façon sur tous les types de revenus.

  • Les intérêts que vous touchez sont imposés selon votre taux d'imposition, au même titre que votre salaire.
  • Si vous vendez des parts dans votre fonds, une partie du gain en capital est imposable. Ce montant peut être réduit si vous subissez des pertes en capital. Vous pouvez reporter ces pertes sur les années précédentes ou sur les années futures.
  • Un crédit d'impôt pour dividendes fait en sorte que ce type de revenu est le moins imposable.
  • Les revenus de source étrangère, provenant de fonds de valeurs étrangères, sont imposables au Canada.

Si vous achetez un fonds commun de placement au nom d'un membre de votre famille, il se peut que de l'impôt soit perçu sur le bénéfice ou sur le produit de la vente.

Connaissez-vous votre valeur nette ?

Pour calculer votre valeur nette, il suffit de faire la somme des actifs que vous possédez et d'en soustraire la valeur de votre passif (ce que vous devez). Pour découvrir votre valeur nette en quelques instants, utilisez le calculateur en ligne de notre boîte à outils.

Quand devrais-je actualiser ma valeur nette ?

Pour mieux suivre la progression de votre situation financière, calculez votre valeur nette au moins une fois l'an.

Comment puis-je accroître ma valeur nette ?

  • Améliorez le taux de rendement de vos investissements.
  • Investissez une plus grande partie de votre revenu en diminuant vos dépenses et vos impôts.
  • Réduisez votre passif en remboursant vos dettes, qu'il s'agisse de prêts ou du solde de cartes de crédit, et en accélérant le remboursement de votre prêt hypothécaire.

Qu'est-ce que la " règle de 72 " ?

Il s'agit d'une simple règle pratique qui permet d'estimer le taux de croissance de vos actifs. Divisez le nombre 72 par votre taux de rendement - vous obtiendrez alors le nombre d'années que prendront vos actifs pour doubler. Si votre taux équivaut à 8 %, vos actifs doubleront tous les 9 ans (72/8).

Combien devrais-je épargner ?

Prenez l'habitude de mettre au moins 10 % de votre revenu mensuel de côté et d'utiliser le reste pour vos dépenses. En fait, c'est un plan qui met l'accent sur l'importance de « se payer en premier ». Assurez-vous de transférer ce montant dans un compte à part chaque mois.

De quelle façon puis-je maximiser ma cotisation à un REÉR ?

Vous devriez commencer par établir un plan financier qui vous assure de :

  • répondre à vos engagements et besoins financiers actuels ;
  • réaliser vos projets à court terme, comme des vacances, des travaux de rénovation, etc. ;
  • souscrire une police d'assurance ou vous assurer d'avoir les fonds suffisants pour faire face aux imprévus ;
  • bénéficier d'une retraite sans souci.

Une fois que vous avez répondu aux besoins de votre famille, vous pouvez envisager une stratégie visant à tirer le maximum de vos cotisations à un REER. Plus vous commencerez tôt à investir dans un REER, plus vos revenus exempts d'impôts seront importants.

Vous pouvez accélérer la croissance de votre REER en versant régulièrement des cotisations équivalentes au montant maximal auquel vous avez droit. Ce montant est inscrit sur l'avis de cotisation émis par le gouvernement fédéral lorsque vous produisez votre déclaration de revenus annuelle. Il s'agit d'un pourcentage de votre salaire net de l'année précédente.

Lorsque vient le temps de cotiser à votre REER, il se peut que vous n'ayez pas assez d'argent liquide pour verser la cotisation maximale à laquelle vous avez droit. Cependant, un prêt pourrait vous permettre de combler la différence. Il existe des prêts spécialement conçus pour être investi dans un REER. Si vous êtes en mesure de rembourser les sommes que vous empruntez en moins d'un an, il s'agit d'une méthode efficace de garder votre REER en pleine croissance. De plus, vous recevrez un remboursement d'impôt sur le montant de votre cotisation, ce qui vous aidera à rembourser le prêt.

Un de nos spécialistes financiers peut vous aider à élaborer un plan qui répond à vos besoins.

Assurance

Ma piscine est-elle couverte par mon contrat d'assurance habitation ?

Les polices d'assurance habitation de base ne couvrent généralement pas les dommages causés aux piscines hors-terre.

Il est cependant possible de vous procurer une garantie additionnelle pour vous protéger contre tout ce qui pourrait endommager votre piscine hors-terre à l'exception de l'usure normale.

Mon contrat d'assurance couvre tous les biens contenus dans ma maison. Pourquoi devrais-je souscrire une assurance pour un bien spécifique ?

Les contrats d'assurance habitation comportent généralement des limites sur les objets de valeur ou qui sortent de l'ordinaire. Ces limitations touchent notamment les bijoux, les fourrures, l'argenterie, les bateaux et certains objets de collection.

Il est possible d'augmenter les montants de couverture d'assurance pour ces articles ou d'éliminer certaines exclusions en ajoutant une assurance portant spécifiquement sur un bien.

Je travaille à la maison. Suis-je couvert par ma police d'assurance habitation ?

Les contrats d'assurance habitation comportent une exclusion de couverture pour les biens utilisés dans le cadre d'activités professionnelles et sur la responsabilité civile découlant de l'exercice de votre profession.

En résumé, le travail à la maison fait l'objet d'une exclusion dans tous les contrats de base.

Nous pouvons vous proposer une protection additionnelle pour votre activité à la maison en étendant la protection de base de votre contrat d'assurance habitation et en ajoutant la responsabilité civile  générale ou professionnelle ou à vos activités professionnelles, dépendamment de votre type d'activité.

 

Ma couverture d'assurance est-elle adéquate ?

Évaluez vos besoins à l'aide d'un professionnel pour déterminer les couvertures auxquelles vous devriez souscrire, que ce soit pour perte matérielle, décès, invalidité, maladie, etc. En cas de décès, une assurance-vie peut s'avérer essentielle pour fournir aux personnes à votre charge un revenu de remplacement et pour rembourser vos dettes, par exemple un prêt hypothécaire ou de l'impôt sur votre succession. Prenez le temps de considérer la souscription d'une assurance invalidité – l'incapacité à travailler peut entraîner de lourdes conséquences financières. Assurez-vous d'avoir une police qui couvre adéquatement les dommages que peuvent subir votre habitation, votre automobile et autres biens personnels.

Ai-je besoin d'un testament ?

Si vous décédez intestat (sans testament), vos biens seront distribués selon la loi en vigueur dans la province, ce qui ne correspondra pas nécessairement à votre volonté. Vous devriez réexaminer votre testament tous les cinq ans et chaque fois qu'un changement survient dans votre situation familiale. Il est préférable de consulter votre conseiller juridique au sujet de votre testament.

Qu'est-ce qu'une procuration ?

C'est un document, appelé mandat, qui vous permet de confier à quelqu'un en qui vous avez confiance la responsabilité de s'acquitter de certaines tâches à votre place comme, par exemple, louer un appartement ou vendre votre voiture pendant que vous êtes en vacances ou encore parce que vous êtes lucide mais impotent. Le mandat est donc un contrat par lequel une personne en désigne une autre pour agir en son nom.

Votre site Web me rappelle constamment de vous consulter avant de prendre une décision. Est-ce vraiment nécessaire ?

Les produits d'assurance et d'investissement comportent des aspects très complexes. De mauvaises décisions peuvent gravement affecter votre bien-être financier. La plupart des personnes ne possèdent pas l'expertise nécessaire pour analyser convenablement leur gestion de risques et leurs besoins d'investissement. Voilà pourquoi il est primordial d'obtenir l'avis de professionnels avant de prendre une décision.

Devrais-je ajouter des protections complémentaires à mon assurance automobile ?

Oui. Il existe plusieurs options susceptibles de bonifier votre assurance automobile :

Options

Description

Augmentation du montant de l’assuranceJusqu'à concurrence de 2 000 000 $. ou plus. ou contrat global
Collision ou versementGarantie contre l’endommagement de votre véhicule en cas d’accident.
Risques multiplesGarantie contre le vol, le feu, le vandalisme, le bris de pare-brise et certains autres risques.
Privation de jouissanceCouvre le coût d’un véhicule loué pendant la réparation du vôtre à la suite d’un accident.
Automobiles de remplacement temporaireLa garantie peut s’étendre aux dommages matériels causés aux véhicules loués au Canada et aux États-Unis.
Indemnités facultatives :
– Remplacement de revenu
– Frais médicaux, Réadaptation et Soins
auxiliaires
– Indemnité de soignant et de personne à
charge
– Prestations de décès et Frais funéraires
– Indexation des indemnités
Vous pouvez augmenter le montant maximal des indemnités d'accident prévues par votre police. De plus, vous pouvez indexer vos indemnités d'accident à l’inflation. Si vous avez accès à des prestations grâce à votre emploi ou d’une autre source, vous n’avez peut-être pas besoin des indemnités facultatives. Nous pouvons vous aider à décider quelles indemnités facultatives vous seront utiles.


Devrais-je ajouter des protections complémentaires à mon assurance habitation ?

Oui. Les polices des propriétaires occupants, des copropriétaires et des locataires comportent habituellement un ensemble standard de garanties et de montants. Selon vos circonstances, vous pourriez avoir besoin de garanties complémentaires afin d’adapter la protection adéquatement à . Il existe plusieurs garanties facultatives qui peuvent s’ajouter à votre assurance habitation :

OptionsDescription
Augmentation de la limite d’assuranceJusqu'à concurrence de 2 000 000 $. ou plus. ou contrat global
Antiquités et articles de collectionGarantie spécifique permettant de récupérer la valeur réelle de ces articles en cas de sinistre. Une estimation est souvent exigée au moment d’établir la garantie.
Dispositions légales municipales (garantie pour les propriétaires occupants)Couvre l’augmentation du coût de la réparation ou de la reconstruction de votre maison qui est attribuable aux règlements municipaux. Particulièrement important pour les maisons plus anciennes.
Garantie contre les tremblements de terrePeut s’ajouter à votre police
Assurances flottantes des :
– Bicyclettes
– Locaux d'affaires
– Collections de timbres et de pièces de monnaie
– Cartes de collection et livres de bandes dessinées
– Bijoux et fourrures
– Espèces et valeurs
– Pièces d’automobile
– Remorques
– Bateaux
Une assurance séparée peut augmenter le montant de garantie standard sur l’un ou l’autre de ces articles afin de répondre à vos besoins particuliers. Communiquez avec nous au sujet des garanties de base de votre police.


Dans une poursuite, pourrait-on me réclamer des dommages-intérêts supérieurs au montant de mon assurance responsabilité civile ?

Oui. Le montant de votre assurance responsabilité civile n’est jamais révélé dans le courant d’une poursuite. Si un réclamant obtient contre vous un jugement supérieur à ce montant, vous devez payer la différence à même vos biens personnels. Vous risqueriez ainsi de perdre votre maison, vos investissements, votre REÉR et peut-être de finir par faire faillite. Pour cette raison, vous devriez passer en revue la limite de votre assurance responsabilité avec un professionnel d’assurance. Il s’agit de vérifier si votre protection est adéquate dans vos circonstances.

 

Qu'entend-on par " Valeur à neuf " ?

En assurance habitation, la garantie Valeur à neuf permet de remplacer l'objet assuré par un bien neuf, de même nature et de même qualité, si cet objet a été détruit ou rendu inutilisable. L'assureur n'appliquera alors aucune dépréciation.